Les mots que je n’aime pas

Il est des mots qu’on utilise depuis tout petit et qui, soit n’existent pas, soit sont mal employés, soit ne se prononcent pas du tout comme on le fait depuis tout mioche.

Du coup, on peut assez vite passer pour un con lorsque qu’on utilise un de ces mots avec des personnes non dotées de la compassion nécessaire pour l’illettré que vous paraissez être.

C’est de ces mots dont je souhaite vous entretenir : les mots de la honte, les mots de la régression sociale, les mots de j’aurais-mieux-fait-de-la-fermer-une-fois-encore. Parce qu’on vous prend bien pour un débile après ça, alors que tout le monde possède des mots comme ça, bordel ! Ce n’est pas donné à tout le monde d’être Bernard Pivot (et si ça se trouve, il en a aussi des mots pourris…).

Je passerai vite sur summum, que j’ai toujours prononcé «sumôme» au lieu de «seumome». En même temps, j’ai jamais fait de latin (ça se dit «poser un latin» ?) et pour moi, Summum était avant tout le nom d’une salle de concert à Grenoble plutôt que le mot latin pour le plus haut degré.

Étendoir accordéon Mais je voulais m’étendre (c’est le cas de le dire) sur un mot que je trouve laid et pourtant qui est le vrai nom de cet objet : étendoir. En effet, depuis tout petit, j’ai toujours dit «étendage», terme qui désigne tout d’abord l’action d’étendre. Par extension, un étendage peut être un assemblage de cordes tendues pour sécher le linge dans le jardin comme Laura Ingalls dans la Petite Maison dans la Prairie. Mais l’objet en métal qu’on galère à déplier et qui se casse la gueule à chaque fois qu’on pose une fringue dessus, ce haut monument du design international s’appelle un étendoir.

Quand on découvre ça au bout de 25 ans, ça fait mal…

Publicités

2 réflexions sur “Les mots que je n’aime pas

  1. Je comprenais « Y a de la bue » pour y a de l’abus. Je me suis toujours demandé où elle était cette bue et qu’est-ce que ça pouvait bien être… ^^

  2. Tu veux dire des trucs comme :
    «Oh René, tu me remets de la bue, mon verre est vide !»
    «Je ne sais plus quoi faire, mon fils fume de la bue.»
    «Quand je respire trop fort sur la vitre, ça fait de la bue.»
    «On a jué au fuut après la pluie, je me suis mis de la bue partut.»
    Y’a assez ou j’en mets plus ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s