Wall•E

2008
★★★★★

Wall•E - Waste Allocation Load Lifter Earth-Class (Compacteur terrien de déchets) On savait que Pixar savait raconter des histoires. Mais là, je dois avouer qu’ils m’ont encore plus épaté. Sous couvert d’une histoire d’amour électronique, on assiste à un pamphlet sur la connerie humaine, le capitalisme et le consumérisme. Je n’en dit pas plus sur le sujet. À vous de le découvrir.

Pour parler de Wall•E (le personnage, pas le film), il incarne ce dont j’ai toujours rêvé d’avoir étant môme : un robot sympa. Abreuvés de R2D2, Nono et de Johnny 5, nous voulions tous notre robot pour qu’il fasse tous les trucs chiant que nous demandait de faire nos mères, faire tous nos devoirs, etc. Mais il fallait qu’il soit fun aussi !

Eve - la copine au gros flingue ! Pour reparler du film, il regorge de références geek et de clins d’œil. Ne serait-ce que les allusions à 2001, l’Odyssée de l’Espace (l’auto-pilote ressemble étrangement à HAL 9000…) ou à Apple (le carillon de démarrage d’un Mac, un iPod,…). Il paraît même de Eve (la petite «robote» ci-contre) a été dessinée par Jonathan Ive, le designer en chef d’Apple.

En tout cas, une fois encore Pixar nous prouve son savoir-faire, aussi bien technique qu’affectif ; jamais un robot n’aura plus eu l’air humain que Wall•E. J’étais encore une fois amusé de voir la salle captivée par l’histoire et il y régnait un silence attentif et respectueux assez étonnant.

Allez-y sans hésiter, sans enfant (ou avec, si vous ne pouvez pas les faire garder !), c’est un vrai plaisir. Mention spécial pour le petit résumé sur l’histoire de l’art dans le générique de fin.

Encore du grand Pixar.

[édition du 17 août 2008] Je viens de le voir pour la deuxième fois. En fait, je sais ce qui fait la différence avec la concurrence : Pixar sait s’attarder sur les détails ; ce film est magnifique à tout point de vue.

» Autres regardages


Wall•E et Eve

Publicités

5 réflexions sur “Wall•E

  1. Seb » Tout à fait, un bien joli morceau en plus.

    Archaos » Sauf au UGC des Halles. On se l’est bien fait sucrer. Du coup, j’irai le voir une deuxième fois au MK2. Salaud d’UGC des Halles.

  2. Ça y est, j’ai vu Presto, le court-métrage d’avant Wall•E (UGC Bercy). Il n’y a pas à dire, les jeunes pousses de Pixar promettent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s