Batman – Le Chevalier noir

The Dark Knight
2008
★★★☆☆

Il faut bien l’avouer, la licence Batman n’est pas la plus facile à gérer. Relancée grâce à Tim Burton en 1989 (parce que les films des années 60 n’étaient pas de grandes réussites…), lui seul avait réussi à créer un monde particulier, décalé et noir, qui convenait parfaitement à Gotham et son bestiaire. Les deux opus de Burton sont superbes, rien à redire. Puis arriva Joel Schumacher et là, tout se barra en couille : Robin fit son apparition, Batman fut tour à tour Val «je joue mal» Kilmer et George «je joue mieux dans mes films ou ceux à petit budget» Clooney, une galerie de méchants aussi navrante que bien payée. Bref, ça sentait le sapin.

Et puis miracle, quelqu’un fait appel à Christopher Nolan (celui de Memento) pour sauver la licence et bien lui a pris. Exit le côté kitch et coloré des derniers opus ; on va remettre une couche de «sombritude» et ça ira bien. Effectivement, c’est bien allé : Batman Begins est une réussite, aussi bien esthétique que commerciale. Le plus dur restait à venir : un deuxième film avec la même équipe. The Dark Knight n’est pas un ratage, loin de là, mais il n’a pas la même puissance que Begins, même s’il porte le nom qui a relancé le comic book aux États-unis (dessiné à l’époque par Frank Miller, le même que Sin City et 300).

Ce chevalier a un peu trop de passages à vide et de rebondissements, si bien que je me suis un peu perdu en route. Et il faut bien le dire, Batman ne fait guère le poids face à un Joker d’une telle ampleur et qui joue juste (complètement barjot, mais juste !), alors que Christian Bale surjoue toutes les scènes masquées, avec son gadget qui lui fait avoir une voix de stentor. Comme le dit Mr. Malinois en reprenant ce que dit Mr. Poulpe : je suis d’accord pour l’oscar à titre posthume.

Un autre point m’a déçu, Gotham City est devenu trop réel. J’aimais les divagations des chefs décorateurs sur chacun des opus : le côté stalinien des versions Burton (surtout le deuxième), le côté pré-apocalyptique de Begins… On m’a dit que c’était fait exprès pour le rendre plus réaliste, mais du coup, ça perd de son charme et on n’est plus dans l’anticipation du tout.

Enfin tout ça pour dire que c’était tout de même pas mal et que les deux heures et demi se digèrent plutôt bien. Mais pensez à pisser avant, car vous n’aurez pas envie de sortir pendant la séance tellement vous aurez peur de rater une des scènes du Jocker.

» Autres regardages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s