J’avance pas

Punaise… 12 brouillons en cours depuis plus de 6 mois… il va peut-être falloir que je me bouge…

Publicités

Viande de cheval et troupeau de moutons

Scandale des produits surgelés : on trouverait dans des produits surgelés, annoncés comme étant 100% pur bœuf, de la viande de cheval.

On en est à notre combientième scandale dû à l’industrie agroalimentaire ? Ce n’est pas comme si on n’était pas au courant que leurs profits sont plus importants que faire plaisir à leurs clients (sans parler de santé publique)… Et quand est-ce que les gens comprendront que ça peut ne pas leur coûter plus cher d’acheter les matières premières et de cuisiner eux-mêmes ? Surtout des lasagnes, bordel ! Il n’y a franchement rien de plus con à faire que des lasagnes.

Unlucky Lasagna

Mais on est conditionné par nos diverses écrans à croire qu’on ne sait pas cuisiner et qu’avec du tout-prêt, on peut avoir un chef à la maison.

Ne me méprenez pas, Picard ou autres plats préparés sont d’une grande aide quand on reçoit du monde ou qu’on n’a pas le temps, mais généralement, ce que les invités préfèrent, c’est ce qui est fait maison.

Pire, quand est-ce qu’on se rendra compte que la consommation de viande intempestive crée certains maux de notre société : pollution, problèmes de santé, nouvel esclavagisme, torture animale et appauvrissement de nos sols. Mais je m’égare…

Allez, rien que pour vous, une recette de lasagnes à la con, 100% viande que vous aurez choisie (ou pas de viande même !) :

  • Dans une sauteuse, faites revenir des oignons à feu moyen avec du gras à votre convenance. Un recette qui commence par des oignons fris ne peut jamais être une mauvaise recette.
  • Ajoutez la viande hachée que vous aurez choisi, de préférence chez un boucher qui l’aura haché devant vous (ça peut être du cheval, c’est bon le cheval !…). Chez nous on prend des courgettes, des champignons à la place. Et faites revenir sans cramer quoique ce soit.
  • Rajoutez des tomates (sans peau, c’est mieux) en morceaux, en pulpe ou en dès (conserves, ça va bien, pas de risque de trouver autre chose dedans). Salez-poivrez comme vous l’entendez. J’en connais même qui mettent du piment…
  • Faites réduire. Préchauffez le four à 180/200°.
  • Pendant ce temps préparez une béchamel avec beurre fondu, farine, lait et une peu de sel (cherchez une recette sur Internet si vraiment vous ne savez pas faire de béchamel).
  • Râpez du fromage (préférence pour un cheddar M&S maturité 5) ou achetez du fromage râpé, bande de feignasses.
  • Dans un plat à gratin graissé, mettez une couche de lasagne (maintenant elles sont précuites, donc plus besoin de le faire soi-même), une couche de sauce tomate améliorée, une couche de béchamel, une couche de fromage, et répétez jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de préparation ou de place dans le plat. Vous devez finir par le fromage, sauf si vous préférez vos lasagnes croustillantes, dans ce cas, vous finirez lasagne/un peu moins de béchamel/fromage sans sauce pour en pas que ça ramollisse la pâte.
  • Au four pendant 40 minutes environ. Je me base sur le gratiné du fromage pour estimer quand c’est bon.

Bon appétit !

Et acheter des produits frais, locaux et de saison de préférence. Bordel.

Non, je ne suis pas encore mort

Désolé pour ceux que ça réjouissait (tous les autres blogs de la Terre qui jalousent la désaffection de mes lecteurs !), mais je suis bel et bien vivant.

Sans doute qu’entre le boulot, les petits pépins de santé (je les ai planté, ça n’a rien donné), un déménagement (toujours pas à Londres pour ceux qui se le demandaient), je n’ai pas vraiment eu le temps de publier de billets. Même mes brouillons sont largement défraîchis.

Pour tout vous dire, je refuse de laisser tomber ce blog, même si l’entrain des premiers billets a disparu. Je ne sais pas pourquoi. Je n’étais pas un blogueur pionnier, je serais sans doute un survivant. Il faut dire que Twitter/Instagram et consorts ont bien foutue la merde sur la toile : les blogs sont sous respirateur artificiel, les forums à l’agonie, les fils RSS se délitent et seuls les réseaux sociaux ont le vent en poupe. Sauf que ces mêmes réseaux se nourrissent de blogs, sites et autres. Il arrivera bien un moment où il n’y aura plus de contenu neuf à mettre en lien, non ?


La création se fera sans doute ailleurs. Le web n’aura été qu’une passade qui aura rapproché les cultures et facilité les échanges pour mieux les isoler, qui aura permis une création nouvelle ou en tout cas de faire connaître ces choses à un plus grand nombre, mais pour encore moins de retour… La bulle internet va nous péter à la gueule et ce sera bien fait !

Je vous l’accorde, c’est une vision un peu pessimiste de la situation. Mais je suis dans une grande ambivalence : partagé entre mon envie de geekerie et de connectitude (ouais j’invente des mots, je suis comme ça aujourd’hui) et mon autre moi qui aimerait la sérénité et le retour à des choses plus «nature».

Il y a une quinzaine d’années, j’avais rencontré un ancien directeur artistique qui avait tout envoyé balader passé 40 ans et était revenu à une activité manuelle tellement il était rincé de cette vie. Je crois que j’en suis pas loin et la quarantaine approche (bientôt plus que 4 ans…). Vais-je moi aussi tout envoyer péter ? Suis-je le seul dans ce cas-là ou allons-nous assister à une génération post-internet ? Sorte de babacoolisme moderne ? Marre d’être connecté, marre du virtuel ; vouloir du vrai, du concret ?

La voiture de demain…

… n’est pas encore là.

Les grandes marques de voiture l’ont annoncé : elles passent à l’électrique pour la planète.

On va donc nous faire croire que la technologie qu’on nous promet depuis plus de trente ans arrive enfin alors qu’elle n’a pas vraiment évoluée depuis. Les inconvénients sont toujours les mêmes : la taille et le poids des batteries, le rapport temps de charge/autonomie est toujours une hérésie et j’ai du mal à me voir tirer une rallonge depuis le quatrième étage de mon immeuble pour pouvoir brancher ma voiture la nuit. Avec un peu de chance, un voisin détournera le courant pour sa machine à laver… pas viable pour le grand public en l’état. L’installation de prise de recharge aux places de parking est quasi inconcevable. Et puis lorsque le pétrole aura complètement disparu de la surface du globe (dans pas si longtemps d’après certains experts…), je pense que le prix de l’électricité augmentera à vue d’œil.

Seulement, la voiture électrique ne me semble pas tellement plus écolo. Parce que faire venir les composants des batteries d’un bout du monde par cargo, jusqu’aux chaînes de fabrication à l’autre bout, je n’ai pas l’impression que le bilan carbone soit si bon… Et pour recycler les batteries… ? je peux les rapporter à mon Monoprix ?

Même topo pour les voitures hybrides. Les fabricants se rachètent une conduite (ah, ah…) en proposants des modèles à deux moteurs parallèles… même Lexus (!) proposent des grosses bagnoles hybrides qui consomment moins d’essence, mais qui en consomme toujours plus qu’une voiture normale. Cherchez l’erreur. Une Prius (hybride) conduite de manière un peu dynamique consomme plus de carburant qu’une BMW (essence) à régime égal (testé par Top Gear). Ça laisse rêveur.

L’idéal serait une voiture électrique qui produit elle-même son énergie (ça existe, mais ça coûte plusieurs bras). Avec un système de pile à combustible ou un truc du genre. En gros le moteur à hydrogène produit du courant pour alimenter la voiture  ça permettrait de retrouver l’autonomie de nos « pétroleuses ». Avantage : on rejette de l’eau. On pourrait alors concevoir un moteur qu’on alimente d’eau, qui se retrouve séparée en hydrogène d’un côté et oxygène de l’autre ; le moteur utiliserait cet hydrogène pour créer de l’électricité et se propulser et notre voiture rejetterait de l’eau… la boucle est bouclée et on aurait une voiture (presque) propre. Seul un léger problème subsiste : la sécurisation d’un tel moteur, parce que l’hydrogène n’est pas réputé pour sa non-dangerosité… Au moins, les films américains deviendraient beaucoup plus réalistes en cas d’explosion de voiture…

Finalement, la seule solution d’une voiture propre, quelle soit électrique, hybride ou autre, est la dépropriation. Partager une voiture à plusieurs, comme on partage un Vélib‘ (ou comme Autolib’, mais impossible de partir en weekend hors d’Île-de-France). De la location à l’heure ou à la journée. Pay as you go, comme avec les cartes téléphoniques. Ce serait économique à plusieurs niveaux : moins de voitures en circulation (surtout en ville où elle est loin d’être nécessaire), moins de frais pour les conducteurs occasionnels (on ne paie pas d’assurance lorsque la voiture dort au garage, pas besoin s’occuper de l’entretien), la garantie d’avoir une voiture récente, donc moins polluante et qui continue de faire tourner l’industrie automobile (sans doute moins, mais c’est mieux que plus du tout). En gros, une voiture de location.

Êtes-vous prêt à abandonner votre voiture pour sauver l’humanité ?

Le Top Pixar

[billet original du 4 août 2008] On se pose la question à chaque fois qu’un film de Pixar sort : où se place-t-il dans le classement des meilleurs films de Pixar. Je vais donner mon classement (qui n’est cependant pas figé), bourré d’ex-æquo. Je remettrai à jour ce billet à chaque nouveau film.

1. Toy Story 1995
1. Toy Story 3 2010
1. Wall•E 2008

2. Cars – Quatre roues 2006
2. Là-haut 2009
2. Les Indestructibles 2004
2. Toy Story 2 1999

3. 1001 Pattes 1998
3. Cars 2
3. Le Monde de Némo 2003
3. Monstres & Cie 2001
3. Ratatouille 2007

NB : Attention, ça ne veut pas dire que je n’ai pas aimé les derniers de la liste : ils reçoivent tous 5 tchizbeurgueurs !

Tout Pixar sur Amazon.fr

Sport de glisse

[Ce billet n’a aucun lien avec la glisse, ni avec le Tour de France]

Et bien voilà, ma première vraie gamelle en vélo. Glissade sur une dizaine de mètres. Oui c’était en Strida (mais aucun lien). Oui, c’était une descente (voilà le premier lien). Oui, c’était un virage (… le second…). Oui, il pleuvait (… et le troisième). Non, il n’y avait pas de voiture immédiatement derrière moi (lucky me). Oui, ça brûle.

5 Oui contre 1 Non, le bilan est plutôt positif !

J’aime pas les cons #2

Il me semblait qu’à une époque, les gens posaient la question : « Ça vous dérange si je fume ? »