De la saturation du virtuel

Ça y est, je crois que je suis presque arrivé à saturation. Pourtant, je ne suis pas un grand utilisateur, mais j’ai de plus en plus de mal avec Facebook, Twitter et consors, qui me font ingérer des tonnes d’informations plus ou moins vitales et me dévient des choses importantes de la vraie vie vraie !

Je crois que ça me transforme en animal sédentaire moins social. Je vois de moins en moins mes amis et lorsque je les vois, j’ai l’impression de ne pas vraiment avoir de choses à partager parce que j’ai déjà tout lu de leur actualités, à droite ou à gauche. Et eux pensent que je suis au courant de tout parce que c’était écrit ça ou là, alors qu’il est finalement très aisé de louper une info.

C’est dommage. Dommage que de tels outils en arrivent à polluer les communications et provoquer l’effet inverse, au final.

Pour commencer ma désintoxication, j’ai vidé mon Facebook, je tweete peu, j’ai nettoyé mon Google Reader, etc. Et surtout, j’examine mon carnet d’adresses et tente d’écrire ou d’appeler mes vrais amis. J’ai un téléphone et une boîte mail, je pense que c’est suffisant, non ?

Publicités

La liste de Chandler

Je suis un connard. Surtout parce qu’il est quasi impossible de me trouver un cadeau. J’ai bien vu comment ma copine ou mon Secret Santa ont galéré pour savoir quoi m’offrir ce Noël.

Que m’offrirais-je ? Je veux dire, si je n’étais pas moi et qu’il fallait que j’achète quelque chose à cette personne (moi donc, vous suivez ?). Comment trouver un truc que je n’ai pas déjà, sans avoir besoin d’espionner mes étagères.

Qu’il est difficile de trouver des cadeaux pertinents pour un mec comme moi ! Et c’est le cas de beaucoup de mes amis. Nous avons aujourd’hui les moyens de nous payer les choses qui nous font envie, donc il est mille fois plus dur de ne pas faire de doublon ou de taper à côté lorsqu’on doit faire un cadeau.

Autant lorsqu’on est petit, n’importe quel Lego ou Playmobil peut faire l’affaire, autant aujourd’hui la tache est nettement plus ardue. Prenez mes frères par exemple. Que pourrais-je leur offrir (de raisonnablement cher, parce que c’est facile de faire plaisir à coup de MacBook !) ? Un DVD ? Je ne sais pas ce qu’ils ont déjà, ni vraiment leurs goûts et ce serait sûrement leur imposer les miens que de choisir un film. Un bon d’achat ? Trop impersonnel. Une fringue ? Trop risqué ; les goûts et les couleurs… Je trouverais bien quelque chose, mais j’y mettrais beaucoup de temps.

Et moi ? Si je veux me faire plaisir, comment mettre de côté une liste de must-have, dans laquelle piocher lorsque qu’un bonus ou une envie passagère vient à me tenter ?

À ces deux questions, j’ai deux réponses.

La première serait de lister mes biens. Le faire manuellement prendrait un temps infini, mais il existe des petits logiciels pour ça. Personnellement, j’utilise Delicious Library (sur Mac). C’est facile à utiliser, c’est beau et le fait de scanner les codes barre avec la webcam rend le tout très pratique. La publication en ligne est un avantage incontesté (sauf que sans mode de recherche, ce n’est pas super glop à gérer).

La seconde serait de faire des listes aux Père Noël, lapin de Pâques, petite souris, lutin pervers, etc. Amazon le permet, mais reste limité aux produits présents sur leur site ; je lui préfère des sites comme Wishlistr, qui permettent de mettre en lien n’importe quel autre site, même s’il a quelques lacunes d’interface.

Le dernier problème reste de communiquer et faire connaître ces sites. Mais n’est-ce pas ce que je fais là !?

N’hésitez donc pas à créer des listes (Amazon ou Wishlistr) et à (me) les faire connaître. N’oubliez pas non plus de les mettre à jour !

Je fais un carton

Ma vie en carton Très étrange. Oui, c’est très étrange de se retrouver, à la trentaine passée, sans maison. C’est encore plus singulier de voir sa «vie» encartonnée tenir dans une cave et de se rendre compte que l’essentiel tient dans une valise (bon OK, une grosse valise). C’est curieux de passer d’un 70 m2 à une chambre de 9 m2. C’est tout aussi drôle de partager une maison avec des amis (c’est leur maison), ça donne l’impression d’être en vacances.

Ce n’est que temporaire, à moi de tout faire pour que ce soit court. Visites prévues aujourd’hui et demain pour un nouveau «nid d’amour». We’ll see

L’effet Malinois

C’est dingue comme un seul lien vers mon blog peut «fausser» mes stats.

+1500 % par la faute à Mr. Malinois (c’est ça de connaître une «célébrité»…) et à notre lip sync pour mettre au jour notre lien de parenté caché (on serait nos quatrième frères respectifs, mais les trois autres ne sont pas les mêmes… allez comprendre !).

Ça fait beaucoup 1500 %, non ?

L'effet Malinois

Vous pouvez retrouver Didier (alias Mr. Malinois) dans la série Nerdz, sur la chaîne Nolife (Freebox canal 123, AliceBox 77, N9ufTV 68, Orange 111)

6 banalités méconnues

Littlesa a encore frappé et je tends l’autre joue.

Bien que ce «tagage» nocturne ressemble un peu au précédent, je vais tenter d’y répondre avec des choses fraîches et ça se voit.

1/ mettre le lien de la personne qui nous a tagué(e). √ fait
2/ mettre le règlement du tag sur votre blog. √ fait
3/ mentionner 6 choses, habitudes ou tics sans importance sur vous même. √ fait
4/ taguer à son tour 6 personnes pour la suite du jeu. (Enfin, si j’en trouve 6…)
5/ Avertir directement ces 6 personnes. (Et puis quoi encore, tu ne veux pas que j’y réponde pour eux non plus ?…)

  • J’aime porter des tongs. Et j’aime porter des chaussettes avec les tongs lorsqu’il ne fait pas très chaud. J’ai même acheté des chaussettes exprès à Muji.
  • J’ai toujours un bout de papier en sous-main où je griffonne des choses, textes ou dessins. Surtout des têtes de chiens bizarres et des canards avec une coupe à la cool.
  • Je préfère être en marche inverse dans un train.
  • Je déteste bosser tout seul (c’est con, c’est exactement ce que je fais depuis que je suis à mon compte…).
  • Je mangerais japonais tous les jours si je le pouvais.
  • Pendant des années je me suis épilé un poil solitaire sur mon épaule et maintenant qu’il ne repousse plus, je suis assez désemparé.

Je passe la patate chaude à Gnaat (maintenant qu’il est revenu), Doc.Fusion (comme d’hab), MiLK (mais en bande dessinée) et qu’ils aient un don d’ubiquité pour faire six.

Taguérréotype

Cococerise m’a taggué et je suis censé prendre la sixième photo de mon dossier le plus récent.

Là se pose un premier problème. Mes dossiers récents sont des dossiers de boulot, et comme ce n’est pas encore fini, je préfère ne rien diffuser.

J’aurais pu y couper court en proposant une image de mon blog métal (qui fait pas métal) pour faire un peu de pub, mais je ne suis pas comme ça ! ^^

Du coup, je pourrais prendre la sixième photo de mon iPhoto, mais comme ce n’est pas de moi, je ne peux pas me permettre.

La sixième photo de mon Flickr ? N’y comptez pas, elle est privée.

Du coup, j’ai pris le problème à l’envers. J’ai pris la sixième photo de mon Flickr en partant de la fin. Ça tombe bien, c’est une photo que j’aime bien !

Prise le 22 janvier 2008 au Motel, lors d’un concert de MiLK & Fruit Juice (que je découvrais ce soir-là), ce fut aussi le soir de ma rencontre avec Mr Malinois et d’autres gens que j’étais amenés à revoir.
Photo d’ambiance, prise avec mon téléphone. Ce serait tellement mieux aujourd’hui avec mon reflex.

MiLK & Fruit Juice au Motel - 22 janvier 2008

Je suis censé transmettre ça à 6 ouailles, mais des amis blogueurs qui n’ont pas encore été taggués, il n’y en a plus des masses. Tiens, bâ Doc.Fusion, Angrom (tu vas me détester encore !), Papao (comme si tu n’avais pas assez de photos !) et MiLK, et le deux restants pour qui veut.

Back from London

Dans les rues de Londres - ©Littlesa Et voilà, encore un weekend à Londres qui fait mentir tous les préjugés qu’on peut avoir sur l’Angleterre. Un très bon moment passé avec Pois chiche, Cococerise, Littlesa, MiLK et Mr. Malinois.

  • Il a fait un temps magnifique (même s’il faisait un peu froid), sauf le troisième et dernier jour où il a plu, sauf quand on était dehors (ce bol qu’en même !).
  • On a hyper bien (trop) mangé.
  • On a vu la Reine et elle est hyper accessible, bien que beaucoup plus grande et belle qu’on l’imaginait
  • On a fait du shopping jusqu’à overdose
  • Finalement, Mr. Malinois aime bien le pays des rosbifs !
  • On n’a pas fait la moitié des trucs qu’on voulait
  • On a découvert un ukulélé tenor à 6 cordes (que vous pourrez voir au prochain concert de MiLK & Fruit Juice le 8 février prochain).
  • La TNT en Angleterre, ça marche pas top (inside joke)…

Dans la liste des restos, il y a eu Whole Foods Market (un marché/resto gigantesque avec des milliers de choses à manger, bonnes et saines), Fish & Chips (moins sain déjà ! Demandez à MiLK et Mr. Malinois comment était leurs raie et saucisse respectives…), Wagamama (de la cuisine asiatique servie quand c’est prêt… genre tout de suite !), Gourmet Burger Kitchen (avec un burger au Stilton !), Busaba (un excellent thaï qui figure dans mon carnet d’adresses depuis quelques temps déjà). Sans compter les Starbucks et autres cafés.

Quelques photos vite fait, par certains des protagonistes du voyage (on peut y reconnaître les touffes de certaines et les mains d’un certain).

Londres - Underground ©Cococerise
Londres - Wagamama, le resto ©airway
Londres - Wagamama, la bouffe ©Cococerise
Londres - Duke Of The Uke ©Littlesa