Gribouillez avec Doodla

« Contraint » d’acheter un iPad pour le boulot, je voulais vous parler d’une petite app toute bête, mais qui m’amuse grandement : Doodla (qui existe pour iPhone aussi).

Après des constats alarmants, je suis content de voir qu’une simple application me « force » à redessiner. Attention, pas les meilleures illustrations de tous les temps, mais simplement j’essaie de trouver les plus créatives. Voilà comment ça fonctionne :

  • Chaque jour, une nouvelle page avec un morceau de gribouillage déjà fait. Ça peut être un trait, un zigzag, un tourbillon…
  • Complétez le gribouillage pour en faire quelque chose d’autre. J’essaie dans la mesure du possible que garder le gribouillage original visible, sinon quel intérêt ? Attention, pas de gomme. Comme l’Écran magique, si on se trompe, on recommence à zéro.
  • Soumettez votre doodle au vote de la communauté.
  • Votez pour les doodles des autres et attendez les résultats chaque jour (arrivé premier avec ma lava lamp !).

Pas de prix, pas de récompenses, si ce n’est un classement général (pas très juste puisqu’il y en a qui y sont depuis plus longtemps, mais bon, on fait ça pour le fun plus que pour le classement, non ?…).

À vos tablettes et bon gribouillages !

Chaussettes au goût de fraise

Ceux qui me connaissent savent que j’ai eu une petite lubie des T-shirts pendant un temps. Sans doute commencée il y a quelques années par la faute de La Fraise, boutique en ligne qui fonctionne avec un système de votes des illustrations (qui a malheureusement changé de ligne graphique depuis la revente à Spreadshirt il y a quelques années… je n’y achète plus rien).

Figurez-vous que le créateur de La Fraise (après un break bien mérité) s’est relancé dans le commerce textile. Son nouveau concept (bon, ça fait depuis juin 2009 déjà…) est une boutique de chaussettes (la bien nommée Archiduchesse) monochrome de fabrication française (d’où un prix plus élevé, mais pas tant que ça) et de 42 couleurs différentes.
Mais depuis la semaine dernière, l’envie d’en faire un site participatif est revenue. En effet, il est désormais possible de voter pour une nouvelle gamme de chaussettes à motif. Vous sentez l’inspiration poindre, allez faire mumuse avec l’outil de conception de motif en ligne. Vous voulez voter, cliquez sur la pelote en haut à droite du site ou suivez ce lien.

J’ai hâte que les premiers modèles sortent, mes pieds ont froid !

Image d’archives

En regardant dans le fin fond de mes disques durs, j’ai retrouvé ce mouton. Prémisse d’une série d’animaux sautant les années suivantes.
Je me souviens, c’était à la sortie d’Illustrator 8 avec les nouvelles formes de brosses.


airway ©1999

Kung-Fu Panda

2008
★★★★

Kung-Fu Panda - Jack Black prête sa voix en VO
Après avoir été un peu déçu des dernières productions 3D de Dreamworks (Shrek 3, foncièrement raté ; Souris City, plus du ressort d’Aardman que de Dreamworks…), la peur du navet s’était immiscé en moi. L’excellente distibution (Jack Black, Dustin Hoffman, Angelina Jolie, Lucy Liu…) n’avait rien pour me rassurer (plus l’histoire est nulle, plus on met d’acteurs connus, non ? Astérix ?…).

Que le scénario soit connu ou qu’on le devine dès les premières minutes, rien de fait que ce film est moins bon. Dans la Grèce antique, on allait bien voir des pièces dont on connaissait par cœur l’histoire : on y allait pour l’interprétation et le divertissement. Bâ là, c’est pareil ! On rit tout le temps (contrairement à un Horton qui était un peu mou du gland…) et les images sont spectaculaires. Même les combats (il y en a peu) sont beaux et drôles. Le traitement est léché et détaillé, la réalisation est parfaite.

Kung-Fu Panda - Po travaille les fessiers avec maître Shifu Le seul bémol viendrait peut-être du character design, comme on dit, où je ne le trouve pas assez audacieux. Ça reste trop «réaliste». J’ai même limite préféré l’histoire d’ouverture qui à un graphisme ultra chiadé, qui m’aurait cent fois plus plu que le design final.

M’enfin, allez le voir avec ou sans petiot, c’est que du bon.

» Autres regardages

Échange mp3 contre K7 audio

Campagne anti-compils maison dans les années 70. Quelle bande de nostalgeeks ! Les trentenaires et plus qui finalement reviennent aux valeurs de notre enfance. Non seulement les 33 tours reviennent à la mode et de nombreux artistes sortent leur nouveaux albums sur support vinyl (pas que de la techno ; pop, rock et métal s’y remettent aussi), mais la bonne vieille cassette ferro-chrome revient elle aussi sur le devant de la scène.

Certains recherchent les bandes abandonnées pour les numériser et les mettre en ligne (on tombe dans de l’art ethno-voyeuriste). D’autres recherchent et collectionnent les designs des dites cassettes.

Encore d’autres les adaptent aux technologies modernes. Du coup, on se retrouve avec des players Flash qui permettent de faire des compils (mix tapes), comme dans «l’ancien temps». J’avais entendu parler de MuxTape, mais j’ai trouvé bien mieux : Mixwit qui a un lecteur exportable ou intégrable.

Ce qui est assez marrant, c’est qu’on fait la guerre aux échanges de mp3, comme l’on a fait pour la cassette dans les années 70 (qui était la raison pourquoi la loi sur la copie privée avait été crée… Mais je n’ouvrirai pas le débat aujourd’hui).

Procrastination

Ne rien faire… Il est un mot anglais qui n’a pas de réel équivalent en français. Le verbe Procrastinate veut dire ne rien faire ou faire des choses inutiles, remettre au lendemain, voire tergiverser ; tout ça ensemble. En gros glander ou tout mettre en œuvre pour glander. C’est beaucoup plus complet que le farniente italien (littéralement «ne rien faire»).

Et je dois bien avouer, je suis passer maître en la matière ! Un weekend où j’aurais pu être hyper-productif et faire mille choses que je repousse sans arrêt et, au lieu de suivre mon planning de rentabilité, je n’ai étalé que les choses un peu plus urgentes, mais j’ai bien pris mon temps, j’ai fait une petite sieste pour faire disparaître un léger mal de crâne et je ne me suis habillé qu’à 18h pour aller dîner chez des amis.

Du coup, quand je vois cette vidéo, je me retrouve à bien des niveaux.

En plus, au niveau de la prononciation, procrastination a un petite côté classe, non ?