En Autolib’

Il n’y a pas si longtemps que ça, je parlais de voiture et d’environnement. C’est donc tout naturellement que j’ai pris un abonnement Autolib’ pour tester.

C’est bien. Très bien même.

Autolib'

Les voitures sont maniables, réactives et les conduire est un plaisir (malgré les angles morts arrières qui sont assez considérables…).

Le système de réservation est parfait (depuis un smartphone) : 30 minutes pour rejoindre la voiture réservée, mais surtout 90 minutes pour atteindre sa place de parking (réservée depuis un smartphone ou le GPS de la voiture). Surtout qu’il y a une borne juste derrière chez moi.

Le plus gros bémol est les autres utilisateurs. Entre ceux qui traitent la voiture comme une poubelle, ceux qui y fument (alors que c’est interdit…), on se retrouve parfois avec des trucs pas très enviables. Ce qui est dommage, c’est que l’on peut appeler le service clientèle Autolib’ pour leur dire qu’un truc est cassé ou ne fonctionne pas correctement, mais leur dire que la voiture est un dépotoir, ils s’en battent royalement, comme s’ils comptaient sur le conducteur suivant pour nettoyer…

Pour moi, il faudrait installer un détecteur de fumée et prélever une amende aux contrevenants, mais aussi installer une webcam pour que les gens se sentent observés et donc fassent plus attention. Sous le couvert de bonne intelligence, on pourrait aussi prévenir de l’état catastrophique d’une voiture et pénaliser le conducteur précédent ! Ça fait un peu collabo comme propos…

Autrement, mon abonnement annuel est déjà rentabilisé si je compte tous les trajets que j’ai fait depuis 3 mois et combien ça m’aurait coûté en taxi (ce sont eux qui ne vont pas trop aimer les Autolib’ du coup…).

J’encourage cependant toute personne qui hésite à essayer de se lancer (même pour un abonnement d’un jour qui est gratuit en ce moment, sans compter la durée de location après). On a déjà des témoignages de gens ayant revendu leur voiture au profit des Autolib’.

Et cet été, je pars deux semaines avec une voiture de location aussi, mais pas électrique vu le périple qu’on va faire (1600 km).

Vélo à Paris

Ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé de vélo !

Maintenant que je cumule vélo + vélo pliant + abonnement Vélib’, il faut bien que je prépare mes trajets dans la capitale. Pour cela, j’utilise quelques outils (le jour où ils seront fusionnés, se sera le pied !).

  • Tout d’abord, un outil d’itinéraire qui permet de choisir un trajet plus sûr (avec un maximum de pistes cyclables ou de voies de bus) ou un trajet plus rapide (Danse avec les voitures). Ils ont aussi des applis smartphones, mais qui ne sont pas encore de vrais GPS vocaux) :
    GéoVélo
  • Je couple ça avec les infos de pente de VéloPente, ça me permet aussi de choisir des itinéraires moins suants ! Pas d’outil numérique cette fois-ci, mais une vraie carte papier !
    VéloPente

Bons trajets !

Cars 2

2011

★★★★★

Les héros du plus sous-estimé des films Pixar reviennent. Flash Mc Queen, Martin et tout Radiator Spring (sauf le Doc…) se retrouve embringués dans une histoire d’espionnage palpitante.

Clin d’œil appuyé au film d’espionnage et autres James Bond : gadgets, voyage autour du monde, belles carrosseries… tous les ingrédients y figurent. Loin d’être une parodie, on y retrouve franchement cet historique cinématographique.

Flash McQueen est un peu relégué au second rang, puisque les vrais héros de cette nouvelle histoire sont Martin (la dépanneuse), Finn McMissile (Michael Caine dans la VO) et Holly Shiftwell (Emily Mortimer). Il y a même Eddie Izzard qui joue le rôle de du milliardaire anglais et électrique Miles Axlerod.

Pour en revenir à la qualité du film, on le savait, ça n’atteindrait pas un Toy Story 3 (remonté dans mon classement d’ailleurs avec un peu de recul). Mais ça reste tout de même dans le haut du panier de l’animation mondiale.

À ce propos, c’est la premier fois que je sens que la 3D relief apporte un petit plus (j’ai bien dit « petit »). Ne serait-ce qu’avec la première scène dans les vagues ou pour les courses ; l’impression de profondeur y est assez bien retranscrite. D’ailleurs, les décors et personnages regorgent de petits détails (comme le numéro 02 avec le sas arrière des bateaux (“hi, hi, number 2!…”) ou les sponsors sur les circuits.

À vous de voir si vous y allez, moi je l’ai déjà vu !

Paris en version Cars

Autres regardages

Locomote

Locomote - iconeUn petit billet rapide pour vous parler d’une application iPhone (et Chrome) qui j’affectionne tout particulièrement en tant que parisien (mais que j’aimerais autant si j’étais rennais).

Locomote ou comment rendre intuitif et rapide la recherche d’itinéraire, en incluant métro, bus et Vélib’ (au choix) ! Et comment la rendre fun aussi, puisqu’on marque des points en prévenant les autres utilisateurs de problèmes sur les lignes et que les points débloqueront au fur et à mesure d’autres fonctionnalités.

On peut aussi enregistrer des favoris et les itinéraires au préalable. On peut être prévenu de l’état du trafic des lignes qu’on va prendre, on peut être prévenu par push, etc.

Le gros avantage comparé à l’application RATP, c’est que les plans de situation sont explicites (points de départ et d’arrivée), et ça, c’est bien.

L’app est encore au stade de beta, mais avance vite. Elle bogue de temps en temps, mais on ne va pas se plaindre pour une appli gratuite !

Locomote - écran d'accueil Locomote - écran de recherche Locomote - plan d'arrivée

J’aime pas les cons #2

Il me semblait qu’à une époque, les gens posaient la question : « Ça vous dérange si je fume ? »

Eddie Izzard en France !!!

Ne bougez plus ! Arrêtez ce que vous faites et réservez immédiatement vos places, Eddie Izzard (l’homme le plus classe de la Terre, je le rappelle) est à Paris pour son spectacle Stripped entièrement en français !

Et pas cher en plus.

Combien de fois vais-je y aller ?

Horror Picture Tea

Étonnant concept que ce salon de thé rock. Si vous allez au Bistro du 1er à partir de 14 heures, vous aurez le choix entre de pâtisseries de hautes voltiges accompagnées de boissons chaudes ou froides, sur fond sonore couillu (du moins pas trop mainstream) ou se faire un tatouer au sous-sol. Étonnant je disais.

Les pâtisseries

Elles sont à se damner. Religieuses au citron, éclairs de fous ou autres variations inattendues, elles valent le détour. Elles changent assez souvent pour ne pas prendre tout le temps la même chose (même si j’ai du mal à ne pas prendre la religieuse au citron à chaque fois qu’il y en a !).

Le rock

Apparemment, Guillaume Sanchez, le pâtissier et concepteur, est aussi chanteur dans un groupe de heavy metal à ses heures perdues, mais il a radoucit l’ambiance musicale pour ne pas faire fuir la clientèle (dommage qu’il n’y ait pas plus de testostérone de temps à autre…). Les petites têtes de mort, les expos aux murs et le salon de tatouage en disent long sur les influences du pâtissier… Il y a parfois des concerts, mais j’ai n’ai pas encore pu y jeter une oreille.

Oui, mais…

Je ne veux pas jouer mon français à critiquer toute nouveauté, mais je ne crois pas que ce concept puisse tenir longtemps comme cela et ce pour de multiples raisons :

  • Le lieu est mal identifié. On avait beau m’avoir donné l’adresse la première fois, le fait que ce soit écrit « Bistro du 1er » avant tout m’a fait douter ; du coup je n’y suis pas rentré.
  • Le manque d’ambiance. À part avoir vraiment envie d’un gâteau ou d’un tatouage, il n’y a pas vraiment de raison de venir jusqu’ici. La salle est froide et les serveurs différents serveurs que j’ai eu sont moyennement sympathiques (si une fois, une serveuse). Il n’y a rien qui vous indique qu’il faut venir commander au comptoir. Même pas d’ardoise au mur avec les pâtisseries du jour. La pâtisserie arrive bien seule sur une assiette désespérément blanche. Pas très rock n’roll…
  • Le salon de tatouage au sous-sol est le lieu le moins accueillant sur terre. Lorsqu’on descend les escaliers, on se sent épié et malvenu. Dommage, je voulais me faire tatouer un portrait de Britney Spears en sainte-vierge. En plus, on est obligé de passer par là pour simplement aller au toilettes (qui nécessitent eux aussi d’être plus accueillants…). En résumé, ça ne donne pas très envie de revenir.

Rien n’est avenant en fait. On se demande même si Guillaume Sanchez a envie que ça marche, puisqu’il y a des jours où il n’y a pas de pâtisseries (simplement « parce qu’il n’avait pas envie »). En tant que freelance, je peux comprendre cette non-envie, mais ça fait parti du métier de pâtissier d’assurer tous les jours. Ou alors il faut s’instaurer des jours de relâche.

Mon avis

Il faudrait reprendre légèrement le concept pour en faire une poule aux œufs d’or. Malheureusement, les pâtisseries ne font pas tout :

  • Trouver un subterfuge pour cacher les allusions au bistro pour l’après-midi.
  • Une vraie carte des thés et des choses plus originales que des Kusmi (aller chercher chez Teapigs ?). Quitte à faire de vrais plateaux de dégustation de thés (avec différents sucres, petits pots de miel et d’eau bouillante pour rallonger le thé, etc.).
  • Une ardoise des pâtisseries du jour (mise à jour en temps réel…).
  • De vrais serveurs sympathiques (rock n’roll et tatoués de partout pourquoi pas !) et faire sentir les badeaux accueillis. Et s’il n’y a toujours pas de service en salle, une mini ardoise qui l’indique, on n’est pas dans un pub anglais, les gens ne sont pas habitués à ce mode de fonctionnement.
  • Une belle vaisselle originale ou quelque présentation que ce soit pour ne pas avoir l’impression de recevoir une pâtisserie de cantine (sans aller jusqu’aux décos d’assiette à la Top Chef toutefois !).
  • Faire un vrai programme des soirées et concerts pour qu’on soit un minimum averti.
  • Faire de la vente à emporter (dans l’absolu) pour les pâtisseries. Après tout, je bosse dans le quartier et j’ai peut-être envie de rapporter à ma femme un gâteau un peu plus original qu’un provenant de chez Paul (non, je déconne ! Je ne lui offre jamais rien).

Je commence à être habitué aux nouveaux concepts de boutiques et restos (allant régulièrement à Londres), mais il manque ici une certaine touche. Ne désespérons pas, le tir peut vite être ajusté. J’attends de voir si ça s’améliore avant de le mettre dans le carnet d’adresses.

Horror Picture Tea
95, rue Saint-Honoré
75001 Paris
www.horrorpicturetea.com