iPodothèque #3

De retour dans mon monde musical. Qu’ai-je en ce moment dans ma playlist ? Quasiment que des groupes qui ont splité (sauf PRR) !

Vous pouvez acheter leur musique en cliquant sur le nom du groupe.

Frost*

Malheureusement, un groupe qui s’est séparé il y a quelques mois. J’appelle ça du pop-rock progressif, mais il ne faut pas en avoir peur ! C’est un mélange de Peter Gabriel, Pink Floyd et Metallica pour faire simple. Avec une prod assez actuelle dans le Rock, ça dépote quand il faut et c’est doux quand il faut aussi. Ils nous ont laissé avec un superbe live The Philadephia Experiment, dont voici le trailer :

Oldelaf et monsieur D.

Parce qu’il est bon de rire parfois. J’ai même acheté sur iTunes les derniers morceaux qui me manquaient.

Pure Reason Revolution

Un petit groupe d’Anglois qui fait de la bonne electro-pop-rock. Avec une bassiste tout à fait sympathique. Découvert en première partie de plein de groupes et j’espère qu’ils vont un jour vraiment décoller.

Oceansize

Et pour finir, ma plus grosse déception, la fin d’un autre groupe anglais qui pour moi allait devenir mythique (bon, pas pour avoir été utilisé dans une pub d’Orange…) qui laisse une trace dans le post-rock. S’il vous plait Oceansize, reformez-vous !

Publicités

iPodothèque #2

Qu’est-ce qui joue en ce moment dans mes oreilles ? Pas mal de rock, moins de métal, mais que des trucs biens !


Dredg

 


De retour dans ma boîte à musique, le groupe californien de Rock expérimental (selon les albums !), découvert grâce à Seb. Un rock frais et dynamique, avec un batteur qui joue du piano en même temps (voir la vidéo ci-dessous). À découvrir si vous ne connaissez pas. Parce que c’est devenu un de mes groupes fétiches en très peu de temps.


Paul Gilbert

 


Peu connu tout seul, on le connait surtout pour avoir été (et être à nouveau puisqu’ils viennent de se reformer) le guitariste de Mr. Big (To Be With You, c’était eux). Il a une énorme carrière solo et de participations à divers projets. C’est sans doute l’un des meilleurs guitaristes au monde, mais il préfère se consacrer au gros rock, avec un certain humour (la chanson I am Satan qui commence par « 1, 2, 3, 4, 5, 6, 6, 6! » ou une reprise des Spice Girls…)

Regardez cette reprise de To Be With You pour mieux comprendre le bonhomme…


Pain of Salvation

 


Un de mes groupes préférés depuis quelques années déjà, initié par Nikö de www.obskure.com, mais le dernier album (Road Salt One — Ivory) n’a plus rien à voir. Ça se rapproche d’un rock sale et intense, à la limite d’un Foo Fighters. De la disto avec du sable. Sans doute le plus abordable de leur album.


Tenacious D

 


Pour finir, le groupe de Jack Black (l’acteur). Je le préfère chanteur à acteur, même si parfois l’humour va un peu loin (surtout dans les DVD…). Ils ont tout de même écrit la meilleure chanson au Monde, mais comme ils ne s’en souviennent pas vraiment, ils lui ont faite une chanson hommage (Tribute)…

iPodothèque #1

C’est étrange. La musique est l’une des choses primordiales pour moi et je n’en ai que très peu parlé. Plutôt que vous faire un pavé sur un de mes artistes préférés que vous ne lirez sans doute pas, je vais plutôt mettre régulièrement ce qui tourne dans mon iPod/iPhone/iTunes. À vous d’y jeter une oreille si ça vous chante.

Il y a donc actuellement, sans ordre particulier :

Extreme


J’en ai déjà parlé, un de mes groupes cultes reformés l’an dernier, ils nous gratifient d’un album (et DVD) live qui dépote avec leur Fusion funky et leurs riffs tueurs.

Dr. Horrible Sing-Along Blog


Toujours depuis l’an dernier. Sauf que depuis, ils ont sorti les commentaires, mais sous forme de comédie musicale aussi ! Du lourd niveau parodique et belles conneries !

Avenged Sevenfold


Du Heavy metal old school au goût du jour. Découvert très récemment. Plutôt sympa et entraînant (surtout le dernier album éponyme, les anciens sont un peu fourre-tout).

Flight Of The Conchords


Surtout le premier album, une Pop folk qui peut me faire hurler de rire («Foux du Fafa»). Le second est malheureusement un peu trop électro à mon goût. Excellente série au demeurant.

Foo Fighters


Je me réécoute l’excellent Echoes, Silence, Patience & Grace. Un régal de bon Rock bien écrit.

Pomplamoose


Découverts sur YouTube. Petite pop agréable. Mais le regard de la chanteuse est un brin hypnotique et troublant. Ils filment ce qu’ils jouent. Ayant fait un album entier de reprises dont le «Beat It» qui suit…

À petit feu

Bien loin de moi l’idée de vous péter le moral et de rendre ce blog politique, chiant ou de faire de la propagande, mais il y a un truc qui me sidère absolument et me met en colère et j’ai du mal à ne pas en parler.

Industrialisation et poils

De plus en plus, on découvre que des substances utilisées dans nos produits de tous les jours se révèlent toxiques ou cancérigènes (amiante, paraben, graisses hydrogénées, sels d’aluminium…). Le point commun entre tous ces composants est qu’ils ne sont pas nécessaires et sont utilisés pour réduire les coûts de fabrication ou d’exploitation d’un produit et par conséquent augmenter les marges et bénéfices des industriels. Mais à quel prix ?
Head n' Shoulders Extreme
On m’a fait découvrir hier l’existence d’un petit nouveau, le laurylsulfate de sodium (indiqué sodium laureth sulfate ou SLS dans nos shampooings et gels douche) qui sert à faire mousser. Ce produit-là peut, chez certaines personnes, créer des réactions allergiques (entre autres) au niveau de la peau et détruire les follicules pileux. En d’autres termes, le shampooing que vous utilisez pour avoir le poil soyeux peut vous rendre chauve. Un comble, non ?

Après on s’étonne qu’il y ait de plus en plus de personnes allergiques… vu la dose de trucs dégueux qu’on côtoie au quotidien, c’est plutôt surprenant qu’il reste des gens sans allergies.

Le coût de la vie

Lorsque ces industriels pillaient les ressources mondiales, détruisaient les écosystèmes et bousillaient les vies des autochtones, on envoyait des ONG pour «réparer» tout ça, mais là, ce n’est plus le tiers-monde qu’ils anéantissent, mais bien leurs consommateurs (et employés…). Quelle est la logique dans tout ça ?
Radio chère payée
Ça me rappelle une vidéo que j’ai vu au sujet de notre chaîne de fabrication/consommation/élimination (très bien faite, avec des petits dessins et tout le tintouin) et qui démontre simplement que notre modèle d’industrialisation marche sur la tête et que rien n’est gratuit (ni à bas prix). En effet, si on met en perspective, en achetant une petite radio pas chère, ça implique qu’elle ait été fabriquée dans un pays où la main d’œuvre ne coûte rien et que, sans doute, les soins des employés ne sont qu’un détail dans cette partie du monde et que finalement [attention raisonnement poussé à l’extrême], cette petite radio ne nous aura pas coûté bien cher puisque la différence de prix avec une radio fabriquée localement est sans doute la mort de l’employé (et de sa famille tant qu’à faire…) qui l’a fabriquée.

Danse avec les loups

Pour ma part, je suis loin d’être parfait. Je trie mes déchets, mais j’en produit beaucoup trop. J’utilise des ampoules basse consommation, mais je laisse l’ordinateur allumé toute la journée. J’achète bio, mais j’utilise du Destop pour déboucher les chiottes. Que des petites choses qui font de moi un piètre citoyen à forte empreinte carbone. Un homo sapiens sapiens comme tout le monde et rien d’autre. Désormais, j’essaie le plus possible de regarder la composition des choses (c’est beaucoup d’énergie à déployer, mais de me dire que je ne contribue pas à renflouer de déjà trop riches patrons, ça m’encourage un peu). En gros, la chose que je me dis devant les ingrédients d’un produit est «si ça n’a rien à foutre dans la composition, je n’achète pas». C’est vrai que ça restreint le choix, que ça coûte plus, mais si ça me permet d’éviter d’aller chez le docteur, n’y gagne-je pas à long terme ?

Aujourd’hui, l’écologie, le bio et l’éthique sont malheureusement devenus des atouts marketing avant tout. Je me doute bien que la prise de conscience générale n’aura sans doute jamais lieu, faut pas rêver, mais j’espère juste que la prochaine évolution de l’Homme (moi inclus) sera l’homo sapiens sapiens cosmos sapiens, sinon ce sera la disparition de l’humanité (à coup de shampooings dépilatoires et de biscuits hydrogénés).

Humble Pie

Humble Pie

Gordon Ramsay - Humble Pie par Gordon Ramsay
2006
♚♚♚♚

Ça y est, j’ai fini l’autobiographie de Gordon Ramsay.

Je n’aime pas trop les biographies. Lire la vie des autres m’intéresse moyennement. En film, c’est pareil, à moins de ce concentrer sur des événements précis, sinon je trouve ça vite indigeste. Mais forcément, si c’est l’autobiographie d’une de mes idoles, je vais être un peu plus curieux (surtout si c’est un cadeau qu’on m’a fait).

Gordon Ramsay, chef écossais, autant connu pour son talent que pour sa verve fleurie, presque autant télévisé que Sarkozy (qu’en même pas) écrit sa biographie pour le Sunday Times puis le publie en 2006. Le propos non édulcoré, c’est presque avec plaisir qu’on le lit jurer comme dans la vraie vie (voir le florilège vidéo ci-dessous).

Le livre passe en revue toutes les époques de sa vie. De son enfance difficile dû à un père maltraitant, à sa pluie d’Étoiles au Michelin, en passant par ses débuts de footballeur brisés à cause d’un accident (du coup, il s’est concentré sur la Cuisine et tant mieux). On suit ce parcours hors norme qui l’a amené à se forger une force de caractère et une volonté à toute épreuve.

Il a été un des pionniers du renouveau de la Cuisine à la télé. Loin d’un Joël Robuchon (pour qui Gordon a travaillé dans ses jeunes années), il est passé du simple documentaire (Boiling Point) à la télé-réalité (Hell’s Kitchen, pas le meilleur de ce qu’il a fait) à du sauvetage de restaurants (Kitchen Nightmares, un régal, surtout lorsqu’il se prend le bec avec quelqu’un). Mais mon émission préférée reste The F Word (F pour Food, bien entendu…) ou il coache quatre candidats, qui n’ont rien de chefs, pendant un service dans un restaurant un peu spécial créé pour l’occasion, où les convives ne payent que s’ils ont aimé. Le tout est entrecoupé de recettes, de visite chez les producteurs (il est très à cheval sur la qualité et pour promouvoir le local et le terroir, mais mâtinés de modernité, cuisine du monde et de gastronomie) avec un ton novateur, ne serait-ce que la manière dont c’est filmé (voir vidéo ci-dessous).

Tout pour dire que son histoire m’a grandement intéressé, mais m’a tout de même rappelé que j’ai la volonté d’une huître et l’ambition d’un employé du mois chez McDo… de quoi déprimer franchement.

Autres feuilletages

Achetez Humble Pie (en anglais).

Ma meuf en Vélib’ !


Et oui, elle faisait partie des 365 chanceux qui ont été tirés au sort pour participer au premier anniversaire des Vélib’. 9 kilomètres en partant de l’Hôtel de Ville vers les Champs-Élysées et retour, en ayant passé la ligne d’arrivée du Tour de France, quelques heures avant les vrais coureurs. Comme j’ai joué de malchance avec mon camescope, je suis content que la mairie de Paris ait pris des photos et une vidéo. On la voit bien !

Dexter revient !

J’en ai déjà parlé, une des meilleures séries du moment (pas au point de concurencer The IT Crowd, mais ils ne boxent pas du tout dans la même catégorie) : Dexter reviendra pour une troisième saison aux États-Unis sur Showtime le 28 septembre. Ils nous offre un petit trailer pour nous mettre en haleine (âmes sensibles s’abstenir)…